La petite histoire du stockage de données.


Après avoir parlé de l’ancêtre de nos actuels microprocesseurs je vous propose de (re) découvrir l’histoire du stockage des données informatiques.

Un microprocesseur manipule des données sous forme binaire ( des 0 et des 1) car c’est un système arithmétique qui permet d’être facilement transposé sur de l’électronique. Le 0 représentant l’absence de tension et le 1 sa présence.

Une fois manipulées, ces données, ont besoin d’être enregistrées sur un support afin de ne pas perdre le travail que l’on a demandé de faire à l’ordinateur. Ce support est un stockage, dit de masse, contrairement au stockage à accès rapide qui est une mémoire de travail “temporaire” dans le sens ou les données ne sont pas conservées une fois le courant éteint.

Nous avons donc 3 entités :

  • Le microprocesseur, ou CPU, qui manipule les données.
  • Le stockage d’accès rapide, ou mémoire vive, qui conserve ces données le temps du travail.
  • Le stockage de masse qui les conserves après travail afin de les récupérer par la suite.

Ces 3 entités travaillant sur une base de code binaire il est important de revoir les bases de celui ci.

Pour cela je vous invite à visionner la vidéo très très bien faite chez Intergalac’geek qui traite de ce sujet ! N’hésiter pas à vous abonner à cette chaine qui est fort sympathique !

La carte et le ruban perforé.

La carte et le ruban perforé sont les premiers systèmes de stockage de données. Ils ont servie dès le 18ème siècle à encoder la programmation de métiers à tisser et sont encore utilisés de nos jours pour la confection de dentelle à Calais.

Ces supports de stockage ont été utilisé jusque dans les années 1980. Ils pouvaient, par exemple, servir à l’établissement de bulletins de salaires.

Ils représentent ce que l’on nomme la première génération du stockage de masse.

 

Les systèmes magnétiques.


Le principe de fonctionnement de la bande magnétique est une lecture de la polarisation de particules magnétiques. L’écriture sur le bande se fait en manipulant cette polarité.

La bande magnétique a servi différents médias via différents supports.

  • La cassette audio.
  • La cartouche 8 pistes (plus populaire aux USA qu’en Europe).
  • La VHS.
  • Le Betamax.
  • Les DAT.
  • Le LTO.

 


 Mais le fonctionnement d’un stockage de données par système magnétique ne s’arrête pas à la bande. Il a aussi eu le disque dur et la disquette. Si la disquette a disparu aujourd’hui au profit de la clé USB, les disques durs sont toujours présents et cohabitent avec les SSD du fait de leur meilleur rapport capacité / coût.

La bande sous forme de cartouche sert encore énormément pour des questions de sauvegarde et d’archivage de données avec le format LTO qui atteint désormais des Téraoctets de capacité.

Les systèmes magnétiques sont la deuxième génération du stockage de masse.

Le support optique.

Une troisième génération de support de stockage a vue le jour avec l’arrivée des supports optiques (CD, DVD, Bluray). Le principe de fonctionnement est une lecture et/ou un gravure des

informations par un laser. Les données numériques sous forme de 0 et de 1 sont inscrite sur le disque puis peuvent être lues.

Principalement utilisés dans la musique et la vidéo ces supports optiques permettent aussi de sauvegarder des données informatiques.

L’augmentation des débits internet et la réductions du circuit de distribution via la dématérialisation vont sans doute finir par réduire l’utilisation de ces supports.

La mémoire sur puces électronique.

Les clés USB, cartes mémoire et disques SSD reposent sur un autre principe de stockage. Les informations sont stockées dans des puces électroniques de mémoire flash. Cette mémoire a la particularité d’avoir la vélocité de la mémoire vive sans subit la perte de données suite à une interruption du courant électrique l’alimentant.

Le coût d’un SSD au Go est plus important que celui d’un disque dur mécanique. En revanche sa rapidité en lecture et en écriture en font le disque parfait pour y loger son système d’exploitation et ses applications. C’est pour cela que beaucoup d’ordinateur utilisent un mix entre les deux technologies de stockage pour atteindre un certain équilibre entre rapidité et capacité.

 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.